Mon Centre
d'information juridique!

Prix honorifique Mercure, Monsieur René Archambault, 2011

Monsieur René Archambault a été, au cours de la longue démarche pour l’obtention de la gestion scolaire, un des architectes qui a permis sa réalisation. Bien que son rôle ait été principalement celui de médiateur et d’intermédiaire entre le gouvernement provincial et la communauté fransaskoise, il a su naviguer avec tact et habilité au sein des institutions gouvernementales pour faciliter le développement et l’adoption de la législation, pour négocier les arrangements financiers avec le fédéral et la province, ainsi que pour faciliter les relations entre les divers partenaires éducatifs de la province, de manière à créer la structure de gouvernance de la nouvelle composante fransaskoise du système de l’éducation, ainsi que les transfert des actifs nécessaires à son fonctionnement.

Éducateur de formation, René Archambault a consacré toute sa carrière à l’éducation, et à l’éducation française en particulier. Il a été de nombreuses années enseignant au Collège Mathieu de Gravelbourg.

Plus tard dans sa carrière, il s’est retrouvé au ministère de l’Éducation au Bureau de la minorité de langue officielle comme Directeur de l’éducation française. Après le départ de Louis Julé, il a été sélectionné pour assumer la direction du BMLO. Cette position au sein du ministère était stratégique. Sa connaissance des structures gouvernementales et sa longue expérience avec la communauté fransaskoise, lui ont permis de créer les ponts nécessaires pour favoriser l’émergence de ce qui constitue aujourd’hui le fondement de l’éducation fransaskoise dans nos écoles.

Pendant la période de 1989 à 1993 qui a conduit à l’amendement de la Loi 39 le 3 juin 1993, René Archambault travaillait auprès du ministère de la Justice et du ministère de l’Éducation pour faciliter la rédaction d’une loi qui répondrait aux besoins de la communauté fransaskoise et satisferait les divers partenaires du monde éducatif de la province. À cette époque, il joua un rôle important par sa participation comme représentant du ministère de l’Éducation au sein du Comité de mise en œuvre. Plus tard, de 1993 à 1995, René était au centre de l’action dans les négociations avec le fédéral pour l’obtention du financement pour la mise en œuvre de la gestion. Il a contribué à développer les mécanismes qui ont permis une mise sur pied ordonnée de la gestion en relation avec les commissions scolaires cédantes où se retrouvaient les écoles fransaskoises qui allaient intégrer la nouvelle composante. Il a maintenu des relations de coopération avec les regroupements de parents des diverses écoles et l’Association des parents fransaskois qui, à cette époque, servaient de moteur pour mobiliser les communautés scolaires. J’ignore le nombre de ficelles qu’il a dû tirer pour s’en sortir, mais je peux vous assurer qu’il a bien sû sortir son épingle du jeu; René a tout fait en son pouvoir pour obtenir le respect maximum des droits à l’éducation française de la Communauté fransaskoise.

Sans son appui, sa sagesse, son habileté et son savoir-faire, il est difficile de concevoir comment la gestion scolaire aurait pu se réaliser dans de meilleures conditions. C’est donc un plaisir et un honneur pour moi de poser la candidature de René Archambault pour le Prix Mercure pour l’année 2011. Je le considère comme un homme honnête, intègre et qui mérite pleinement cet hommage de l’Association des juristes d’expression française de la Saskatchewan.

Veuillez accepter mes salutations les plus sincères,
Roger Gauthier, le 11 mars 2011

Retour à la page des prix honorifiques